Articles taggés Zeus

La Divine Mascarade – XI

3

Chers amis, je m’excuse de n’avoir pas posté ces deux derniers jours et de le faire en retard aujourd’hui ! J’ai été atteint de flémingite aiguë, dont j’ai réussi à me sortir après une lutte acharnée pour la volonté !

Lettres Persanes***

Le cœur battant, la main sur le cœur, le bras ballant, et le cul parterre, je rassemble mes esprits éparpillés. Face à moi se tient un homme. Le réfrigérateur est grand ouvert devant lui, et un verre vide à la main, il est visiblement en train de fouiller. Grand, dans les un mètre quatre-vingt dix, blond, d’un faciès qui pourrait être celui d’un quasi quadragénaire, mais d’un âge indéfinissable. Ses cheveux courts et frisés prennent un peu de volume, mettant en valeur un visage masculin taillé dans des courbes parfaites, d’une beauté à couper le souffle. Mais ce n’est pas ce qui choque le plus. La toge et les sandales grecques, ça, c’est terriblement dérangeant. Mais pour commencer, comment diable expliquer la présence de cet inconnu dans mon séjour ? Minute, je venais bien de me livrer à une invocation, non ?« - Oh ! Et ne vous en faites pas pour le tapis, j’arrangerai ça avant de partir. »Ces paroles me laissant perplexe, je jette coup d’œil à

Plus >

La Divine Mascarade – VI

5

Tartares Tardifs***

S’ensuivirent cinq longues journées pour arriver à expliquer à ce crétin sidéral ce que nous attendions de lui. Il nous fallu le maintenir éveillé et attentif à l’aide de diverses drogues fournies par Dionysos, qui sortait toujours de sa manche certaines choses parmi les plus inattendues en de telles circonstances. Tout porte à croire, avec le recul, que c’était une très mauvaise idée. Il a suffit de lui dire “réveille-toi, ce que tu vois est réel”, pour qu’il comprenne “réveille-toi, ce que tu vois est Raël”. Et dès lors, nous l’avions perdu. Il nous a pris pour des extra-terrestres et a déformé la moindre de mes paroles comme il lui plaisait. Mais le saligaud était malin. Persuadé qu’il avait rêvé ces cinq jours ou bien qu’un champignon hallucinogène de passage lui avait joué un tour tandis qu’il se promenait en campagne, il eut la brillante idée de vouloir fonder son mouvement Raëlien, de se prendre pour le demi-frère de Jésus et d’inventer un peu n’importe quoi. Je crois qu’il ne s’est jamais vraiment remis des drogues que le dieu du vin lui a administrées. Mais alors que nous nous sommes vus qualifiés d’aberrations imaginaires par le reste du monde excepté

Plus >

La Divine Mascarade – IV

3

Mauvaise Foi***D’un autre côté, j’admire la patience qu’ont ces deux-là. Jamais je n’aurai été assez patient pour supporter les accès d’autorité de tous ces prêtres qui faisaient leurs propres lois, de tous ces idiots qui croyaient en ces lois que je n’aurais jamais vraiment édictées. Moi je couchais avec des humaines, ça donnait des demi-dieux que j’envoyais au casse pipe accomplir quelques exploits histoire d’épater la galerie, et le tour était joué, les fidèles restaient des fidèles pour encore quelques décennies. Ce n’était pas trop fatigant. De nos jours être dieu est un emploi à temps plein qui implique de s’occuper simultanément de centaines de millions de fidèles, et si vous tournez le dos ne serait-ce que quelques années, vous vous retrouvez aussitôt avec une guerre de religion sur les bras à devoir gérer. Pas facile facile comme métier. Eh puis zut bien fait pour eux ! Ces deux imposteurs n’avaient qu’à me laisser les rennes, je te l’aurais dompté moi, ce prétendu monde civilisé ! Évidemment ces messieurs se sont crus plus malins que les vieux de la vieille, avec leurs grands idéaux plein la tête. Mais l’expérience, ça ils ne l’avaient pas. Et voilà comment on se Plus >

La Divine Mascarade – III

2

Il y a Fanatique, et Fanatique***

Quant à moi, eh bien moi, je ne suis plus qu’un vieillard décrépit. Tout n’est que question d’apparences évidemment, nous ressemblons tous, nous autres dieux, à ce qui sied le mieux à notre situation. Mais actuellement rien ne me sied mieux que le visage du pochtron du coin. Je pourrais fort bien redevenir l’éclatant Zeus tout d’or vêtu, mesurant deux mètres vingt au bas mot, avoir une barbe aussi blanche qu’un yaourt nature, deux yeux qui foudroient sur place ceux qui mettent en doute mon autorité et la voix du tonnerre succédant à l’éclair, que je tiendrai d’ailleurs dans ma main droite. Mais encore faudrait-il que j’en aie la réelle volonté. J’ai été mis à bas de mon piédestal, de mon Mont, par ces croyances modernes qui bafouent tout ce qu’elles touchent. Et voilà à quoi je suis réduis depuis l’an trois cent à peu près. J’avais réussi un coup de maître en me réinventant chez les Romains en tant que Jupiter, et toute ma clique avec moi. Eh puis ce satané Yahvé, un jeunot qui commençait à se faire les pieds avec le peuple Hébreu, a envoyé son fichu prophète. Oh ! Il en avait déjà utilisé toute une ribambelle, c’était sa technique favorite, une Plus >

Haut de page