affiche-la-rafle

La Rafle

1

Non, la Rafle n’est pas le nom d’un nouveau Pokémon. Oui, je fais de l’humour pourri si je veux.

La Rafle, c’est donc le film choc du moment. Il était déjà annoncé comme LE film catégorie “devoir de mémoire” de l’année 2010. Le premier à relater la rafle du Vélodrome d’Hiver (ou Vel d’Hiv), et depuis pas mal de temps aussi, le premier sans doute à ne montrer que des faits concernant des victimes et non des sauveurs. On se souviendra par exemple de la Liste de Schindler qui démontrait l’héroïsme d’un homme au milieu du chaos. Ici, rien de tout ça. Certes on y voit de plus nobles et plus dignes comportements que d’autres, une fin pas tout à fait aussi triste qu’il le devrait pour ne pas qu’on file directement se pendre à la sortie, mais de vrais drames, de vrais morts. C’est criant de vérité. Une vérité qui vous fait monter les larmes aux yeux plusieurs fois en deux heures. Et pour beaucoup, à terme, ça ne loupe pas, on chiale !

Côté casting, on notera pas mal de visages connus : Jean Reno, tout d’abord, qui se renouvelle peu, mais toujours très naturel. Gad Elmaleh ensuite, qu’on voit malheureusement trop peu, mais qui dégage toujours ce même charisme évident, dans un rôle fait Plus >

guy-fawkes

Le Monologue aux Cinquante V

3

Avec un ami, on s’était promis – plus ou moins – que l’on apprendrait par cœur le monologue de présentation de V, dans V pour Vendetta. Ce monologue est un véritable trésor d’allitérations. D’autant qu’il existe dans autant de langues que le film aura été traduit. C’est un symbole entier et très fort qui peut se répandre avec une facilité déconcertante. Bien que ce monologue puisse paraître incompréhensible au premier abord, la signification en est assez simple : V se présente comme une victime des tyrans alors au pouvoir, et devient le vengeur qui se fera le porte parole du peuple et des justes.

Un soir de grand ennui, j’ai donc appris ce monologue, et l’ai récité devant mon miroir, en me filmant, pour le plaisir. Mais aussi parce que je pense qu’il peut être utile de diffuser ce message. J’ai fait quelques erreurs dans ma récitation, toutes sur la dernière phrase d’ailleurs. La musique fond que l’on peut entendre est le Piano Concerto n°9 de Bach. Je crois que V lui préfère Tchaïkovski, mais tant pis.

Voici la vidéo :

Voici la citation :

Voilà ! Vois en moi l’image d’un humble Vétéran de VaudeVille. Distribué Vicieusement dans les rôles de Victime et de Vilain par les Plus >

photo immortelle

Mais pas tout seul, parce que c’est vachement moins bien.

0

Irrépressible. Cette envie d’écrire, parfois. Voilà des heures qu’on erre là avec une légère sensation de malaise, ne sachant trop que faire, quoi faire. On se sent inutile, alors on se divertit de séries ou de musique pour oublier le malaise. Mais il ressurgit, inévitablement, et il nous dit : Rend-toi utile, fais quelque chose, ou tu ne trouveras pas le sommeil ce soir.

Alors à 4h du matin comme à 7h du soir on prend les plumes comme d’autres prennent les armes, et on écrit. On écrit pour défouler sa rage après des élections toujours plus pathétiques. On écrit pour exprimer sa frustration quand on estime soit qu’on exagère, soit qu’on a pas su saisir des occasions. On écrit en pensant aux gens qu’on aime, et on écrit pour soi. On écrit pour se libérer et on retrouve le sourire. On repense à cette série, justement, où l’on assistait à un enterrement. Je n’ai jamais assisté encore à un enterrement. Et je m’imagine en blanc ce jour-là, qui viendra sans doute, inéluctable. Que je sois le seul costume blanc à l’extérieur… comme à l’intérieur du cercueil. Parce que la vie a bien plus de prix que la mort, et qu’il me paraît préférable de célébrer la valeur de celle-ci plutôt que la Plus >

Image par Pénélope Bagieu

Quelques Chiffres

0

Récemment, j’ai découvert grâce à une amie qui me déteste, un petit site très divertissant du nom de Savoir-inutile. De quelques chiffres que j’ai appris sur ce site, j’ai pu dégager une morale intéressante.

Très grossièrement, la probabilité de : - se faire assassiner est de 1/20.000 - être frappé par la foudre est de 1/2.000.000 - mourir dans un accident d’avion est de 1/25.000.000

Conclusion, vous avez donc 50 milliers de milliards de chances de plus de vous faire buter par votre compagnon de vol à qui vous aurez brisé les bur—- pendant 8h de vol parce que vous flippez votre race dans ce genre d’appareils et que ça vous pousse insidieusement et tout à fait inconsciemment à déblatérer sur le fait des dangers en haute altitude – qui comprennent d’ailleurs les orages électriques et la supraconductivité de certains matériaux contenus dans l’avion et susceptibles d’attirer la foudre en plein vol – que d’être effectivement abattus par un éclair en avion.

Morale de l’histoire : Aérophobiques, fermez vos gueules.

Image par Pénélope Bagieu

A l’Amour

0

Sages, tous nouveaux nés Peu plus sage les aînés Ô Âge, nous déterminant A genoux, déterminés On s’incline à bon endroit. Ardemment défendus D’un art dément défendu.

Amoureux, à dos les sens Adolescents à l’âme, ou heureux. Loin l’idéal, Idées à l’horizon inaccessible. Cibles éphémères ou Espoirs fugaces, et Peines tenaces.

Mère de tous Et de tous l’Amer Qu’on-bat sur le cœur. L’âme tranchante Les pensées barbelées De retours imprévus D’allers inopinés.

Militaires à l’honneur, Par mille itères à l’horreur Pourfendus les honneurs Chants de bataille A l’aune, à l’heure Les aventures déroulées.

”- Hé, allez ! Arrête tes pensées Et fais plutôt tourner les roulées. - Mais aux femmes, Vous ne rêvez plus ? - Les rêves s’éteignent Quand elles ne les attisent Comme il faut Comme il faudrait. [Chœur] – Alors fumons !” A l’aune, à l’heure, A l’honneur Attendons, qu’avec l’âge, La chance et l’espoir, Le feu s’allumât seul. Et qu’à celui qui humât Les doux, dix, vingts parfums, L’Eden s’éveille, L’Eden le veille.

A lui-même suffit. A lui-même fut-il. A nous autres A l’aune perdue, à l’heure due A l’Honneur A l’âme en écharpe…

A l’amour.

Haut de page