Critiques aMusicales

Giorgio & two random botheads

Pourquoi « Random Access Memories » est un chef d’oeuvre et autres astuces

0

Prélude

La première fois que j’ai entendu Daft Punk, je devais avoir avoir deux, trois ans ? J’ai sans doute entendu Around the World et Da Funk au détour d’une rue un jour en passant. Et je n’en ai fichtrement aucun souvenir.

La première fois que j’ai écouté Daft Punk, j’en avais 10, et ces deux mêmes morceaux m’ont marqué, comme une chanson populaire marque un enfant de cet âge.

La première fois que j’ai vécu Daft Punk, j’en avais 11, nous étions au printemps 2001 et j’avais par hasard mis la main sur Discovery à la discothèque municipale parmi les nouveautés. En ces temps-là, le piratage de mp3 était moins courant, et une fois le cd rendu – et pourtant maintes fois prolongé en date de retour, jusqu’à ce qu’il fut réservé par un autre – je dû batailler pour trouver l’occasion de ré-écouter lesdits morceaux.

Daft Punk était devenu mon groupe préféré. En août, je découvris les clips sur MTV ou une quelconque autre chaîne musicale. J’ai reconnu sans le savoir vraiment le trait de Leiji Matsumoto, parce que bon, j’avais regardé Goldorak aussi, voilà. Quand vint la rentrée, tous les soirs en rentrant de cours j’allumais la télé et attendais patiemment l’arrivée de Harder Better Plus >

MGMT - »Kids » // Le Larron – « Faut Pas »

1

Ces derniers temps, il m’est arrivé, ou bien en écoutant la radio, ou bien en zappant distraitement sur le poste de télévision, de m’arrêter tout à coup sur un son qui, pensais-je, sonnait plus que bien. C’est ainsi que dans les mois précédents j’ai toujours eu une ou deux chansons fétiches, que je me repassaient toujours en boucle, subjugué. Il y a quelques temps ce furent par exemple “Rainin’ In Paradize” de Manu Chao et au même moment “D.A.N.C.E” de Justice, au temps de leur sortie. Puis plus récemment, j’ai flashé sur “Des Ballons Rouges” de Guillaume Cantillon, puis “Whistle” de Sporto Kantès, puis encore “Angela” de Bensé et un vieil accès de nostalgie avec “Sultans of Swing” de… Dire Straits bien entendu. Aujourd’hui, deux coups de cœur, selon cette même logique.

La première, “Faut Pas” d’un artiste émergent dit Le Larron. Chanson qui m’a marquée lorsqu’entendue pour la première fois sur le Mouv’, notamment parce qu’elle a beaucoup avoir avec mes propres valeurs, et que ce ton ironique et décadent n’était pas sans me rappeler un certain “Fais pas çi, Fais pas ça” de notre provocateur français préféré, j’ai nommé Jacques Dutronc… Une version bien plus adulte cela dit, et qui Plus >

Haut de page