Certes, j’ai quelques minutes de retard, mais ma journée n’est pas finie. Alors aujourd’hui, j’expose ma dernière théorie.
Car aujourd’hui est un drôle de jour. Nous sommes le 10 Octobre 2010. 10-10-10. Ce qui en binaire, donne 42. Et comme chacun (ou presque) le sait, “Quarante-Deux”, ce n’est ni plus ni moins que l’Ultime Réponse, le Sens de la Vie. Oui mais connaître la réponse sans avoir la question ça n’avance pas à grand-chose. Dommage.

*C’est donc un jour d’interrogation que ce jour. Un jour où l’on se met en quête de la Question Ultime aussi naturellement qu’un otaku dépense trois mois de salaires dans l’achat d’un costume de cosplay. Dans le tome II de H2G2, roman qui révéla à tous le Sens de la Vie sous la forme que nous découvrons ensemble, la seule hypothèse de question à laquelle nous avons droit est :
Quel est le produit de Six par Neuf ? (=54)
Une hypothèse certes peu satisfaisante pour les esprits terre à terre, qui a pourtant l’avantage de souligner l’absurdité qu’il peut y avoir à chercher un sens à la vie. Toutefois, nous noterons qu’il est assez aisé de chercher chacun sa question, afin de faire jaillir de notre petite imagination salasse cette facette de la vie qui nous colle le mieux, à notre propre personne.

*Ainsi, dans l’adaptation du roman, Arthur Dent le héros, propose une seconde hypothèse intéressante :
Combien de chemins un Homme doit-il choisir dans sa vie ?
En fait, ce n’est pas proposé tout à fait innocemment. Et pour cause. Cette question-là n’est ni plus ni moins qu’un clin d’œil à ce bon vieux Bob Dylan. Un vers. Le premier de “Blowing in The Wind”, qui dit, je cite :
How many roads must a man walk down, before you call him a man ?. Soit,
Combien de routes un homme doit-il emprunter, avant qu’on l’appelle un Homme ?
Une question à laquelle 42 correspond parfaitement. Un nombre fixe en guise de réponse à cette question-là est bien entendu tout aussi absurde que pour la première question, mais cette hypothèse est bien souvent la préférée des déterministes, partisans du libre arbitre et opposants du destin, qui y trouvent le plaidoyer du choix et de la maîtrise de notre destinée.

Il y a bien d’autres hypothèses, toutes plus ou moins creusées et sérieuses. Mais passons.

*Ce soir, en lisant le statut Facebook d’une amie, je me suis souvenu d’un fait peu connu :
On dit que nous perdons tous 21 grammes au moment précis de notre mort… Le poids de cinq pièces de monnaie. Le poids d’une barre de chocolat. Le poids d’un colibri. 21 grammes. Est-ce le poids de notre âme ? Est-ce le poids de la vie ?.
C’est là que m’est subitement venue une idée, une hypothèse, une Ultime Question. Vous me direz : “Oui mais il s’agit là d’un nombre 21, pas 42 !” . Oui mais. Et si… Et si la vie d’un individu n’était rien devant celle de deux individus. J’entends : et si chaque âme, chaque vie, dépendait d’une autre. D’une âme-sœur, d’un amant, d’un amour. De celui ou celle qui complète notre vie. C’est un tableau bien naïf, mais si cela pouvait être le cas, alors le poids réuni de ces deux âmes-sœurs, serait, bien entendu, de 42 grammes.

*Et si la question était :

« Quel est le poids de la Vie ?« 

Alors la réponse serait 42. Et son message, l’Amour.

Amen.