Ciel 3

Par Mondes et par Vaux

Cette histoire n’existe pas encore. Mais si cette nuit vous n’êtes encore pas couchés alors que point l’aurore, je vous enjoins, malandrins, à lire ces dires.

Ceci est l’histoire d’une femme et d’un homme, qui d’un cœur les deux moitiés, par la distance étaient liés. Ceci est aussi l’histoire de tout le monde, car d’homme ou de femme n’est-il vraiment question que pour en vérité livrer ma faconde. Ce put être entièrement deux autres êtres, en tous autres critères, parfois différents, parfois pas, et néanmoins amants. Mais il n’est pas tant sujet de tout ce futile paraître, que de conter une histoire comme il ne s’en écrit pas de plus belles. Partant que d’un conte banal l’humanité fut abreuvée, je n’ai point le cœur à les dire l’un et l’autre, monde et amants, aussi bien intriqués. Je m’explique : le premier n’était que de maints malheurs la source, le second une fontaine plutôt, et de sentiments bien plus beaux. Oubliez donc le monde, car c’est ce qu’il n’est pas qui ce soir vous importe à vous autres.

La raison à ceci aujourd’hui, c’est que l’homme par la grâce de la femme fût touché. Son royaume était à nouveau sis en une bien plus belle oasis. Fort de Plus >

Giorgio & two random botheads

Pourquoi « Random Access Memories » est un chef d’oeuvre et autres astuces

Prélude

La première fois que j’ai entendu Daft Punk, je devais avoir avoir deux, trois ans ? J’ai sans doute entendu Around the World et Da Funk au détour d’une rue un jour en passant. Et je n’en ai fichtrement aucun souvenir.

La première fois que j’ai écouté Daft Punk, j’en avais 10, et ces deux mêmes morceaux m’ont marqué, comme une chanson populaire marque un enfant de cet âge.

La première fois que j’ai vécu Daft Punk, j’en avais 11, nous étions au printemps 2001 et j’avais par hasard mis la main sur Discovery à la discothèque municipale parmi les nouveautés. En ces temps-là, le piratage de mp3 était moins courant, et une fois le cd rendu – et pourtant maintes fois prolongé en date de retour, jusqu’à ce qu’il fut réservé par un autre – je dû batailler pour trouver l’occasion de ré-écouter lesdits morceaux.

Daft Punk était devenu mon groupe préféré. En août, je découvris les clips sur MTV ou une quelconque autre chaîne musicale. J’ai reconnu sans le savoir vraiment le trait de Leiji Matsumoto, parce que bon, j’avais regardé Goldorak aussi, voilà. Quand vint la rentrée, tous les soirs en rentrant de cours j’allumais la télé et attendais patiemment Plus >

5563661125_86956a319d_o

La campagne Hadopi PUR (ou la nécessité d’un point Godwin)

Vous, internautes, l’avez sans doute tous déjà vu, ou presque, ce monstre soiffard créé par HADOPI : le label PUR et sa campagne !

On a beaucoup plus parlé du groupement de 6 affiches que des spots vidéos (sauf celui d’Emma Leprince, on voit presque ses nichons, pardi !) et du moins récent petit dessin animé de Super Crapule. Sont-ils moins connus ? Possible. En attendant, ne perdons pas de vue que cette campagne est composée en réalité d’une myriade de spots, affiches etc. sur des supports médiatiques très variés.

Si vous permettez, j’aimerais que nous nous attardions un instant sur le label créé par HADOPI : PUR, pour « Promotion des Usages Responsables ». Il y a de fortes chances pour que la recherche d’un acronyme se soit faite depuis l’acronyme lui-même en cherchant quoi mettre dedans, plutôt que dans le sens inverse, en partant par exemple des mots « responsable », « civisme », « internet » et en essayant de trouver un truc qui colle avec tout ça.

« Tiens, et si on disait que PUR ça voudra dire Protection des Utopies Raisonnables ? Ou, non, mieux ! Mieux : Promotion des Usages Responsables ! Ça claque, hein ? »

Qu’est-ce que ça sous-entend ? Que Plus >

Babylone, vue d'artiste

C’est l’Histoire d’un pays…

Cette histoire n’est toujours pas terminée, mais je peux déjà vous la conter. De toute façon, cette histoire est universelle, qui n’a vraiment ni fin, ni début, et qui sans cesse recommence. D’ailleurs, c’est une histoire qui n’a pu commencer que grâce à la fin d’une autre : Car en effet peu avant, qu’elle ne commence il y avait cette autre histoire d’un homme, au milieu d’un royaume. Et cet homme était plein d’ambitions. Il se disait depuis toujours que la fin justifie les moyens, alors, à force de moyens il était parvenu à ses fins : le sommet du pays, et y demeurait depuis déjà vingt-trois longues années d’un règne sans partage. Voilà où nous sommes, au moment où commence notre récit.

Le susdit bonhomme, dont nous tairons le nom, avait assuré sa sécurité sur le trône. En effet, s’il avait dû laisser seuls ses compatriotes, ils auraient étés perdus sans lui !, leur expliquait-il. Aussi dut-il faire le nécessaire pour que ce drame jamais ne survint. Par patriotisme, selon ses dires, il musela les hérauts qui ne dirent plus alors que le bon vouloir du Premier des citoyens. Il soumis les barons, s’assurant que par leur prétendance au trône ils Plus >

Vingt quatre.

42 Grammes

Certes, j’ai quelques minutes de retard, mais ma journée n’est pas finie. Alors aujourd’hui, j’expose ma dernière théorie. Car aujourd’hui est un drôle de jour. Nous sommes le 10 Octobre 2010. 10-10-10. Ce qui en binaire, donne 42. Et comme chacun (ou presque) le sait, “Quarante-Deux”, ce n’est ni plus ni moins que l’Ultime Réponse, le Sens de la Vie. Oui mais connaître la réponse sans avoir la question ça n’avance pas à grand-chose. Dommage.

francemarque

www.iestanem.fr

 

*C’est donc un jour d’interrogation que ce jour. Un jour où l’on se met en quête de la Question Ultime aussi naturellement qu’un otaku dépense trois mois de salaires dans l’achat d’un costume de cosplay. Dans le tome II de H2G2, roman qui révéla à tous le Sens de la Vie sous la forme que nous découvrons ensemble, la seule hypothèse de question à laquelle nous avons droit est : Quel est le produit de Six par Neuf ? (=54) Une hypothèse certes peu satisfaisante pour les esprits terre à terre, qui a pourtant l’avantage de souligner l’absurdité qu’il peut y avoir à chercher un sens à la vie. Toutefois, nous noterons qu’il est assez aisé de chercher chacun sa question, afin de faire jaillir de notre petite imagination salasse Plus >

Haut de page